Fiche de révision de texte – oral EAF

Titre du texte / œuvre / date : Ruy Blas (A.III sc.3), Ruy Blas, 1838

Auteur : Victor HUGO


C'est un bon travail dans l'ensemble. Reste encore quelques éléments de paraphrase à corriger.

Note : 14/20


Objet d'étude :


Victor Hugo était un poète, un dramaturge et un prosateur romantique considéré comme l'un des plus important écrivains de la langue française. Il occupe une place marquante dans l'histoire des lettres françaises au XIXème siècle, dans les genres et les domaines d'une remarquable variété.



Période ET mouvement littéraire :

Le romantisme se caractérise par une volonté d'explorer toutes les possibilités artistique en rupture avec les règles afin d'exprimer ses états d'âmes. Il devient ainsi une réaction des sentiments contre la raison. Il est aussi en rupture avec le goût et le Beau classique.

Au théâtre, il expose sa théorie du drame romantique qu'il illustre principalement avec Ruy Blas en 1838.Le drame romantique est un genre littéraire théorisé par Victor Hugo et influencé par le théâtre baroque de Shakespeare.


Genre :


C'est un genre littéraire dans lequel se présente plusieurs personnages. Le théâtre est un genre de spectacle où il y a interprétation, représentation, mise en scène, par lequel sont exécutés des représentations dramatiques en la présence d’un public. Cet art regroupe le discours, les gestes, les sons, la musique et la scénographie.

Ruy Blas est une pièce de théâtre en cinq actes dont la représentation se fait le 8 Novembre 1838 dans la salle Vendatour. Pièce écrite par notre écrivain Victor Hugo, après sa représentation elle en reçoit un accueil critique des milieux conservateurs qui y voyaient une mise en cause du gouvernement de Louis-Philippe.


NB : rappel de définition et contextualisation à faire


Registre :


• Polémique : Le registre polémique sert à défendre ses idées. Opposer ce que l’énonciateur juge bon à ce qu’il juge mauvais, dénoncer un adversaire en cherchant à le discréditer. On y retrouve les procédés d'insistances : anaphore « Parce que », et marque de la première personne « je».


• Pathétique : Le registre pathétique fait en sorte d'émouvoir le destinataire, éveiller sa compassion. On y retrouve le champ lexical de la souffrance « souffert », « malheureuse » et phrases exclamatives : « Dans le cœur. Pardonnez ! »



NB : rappel de définition et justification argumentée à faire






Mots-clés






Problématique : En quoi cette déclaration d'amour passionnée permet-elle une dénonciation des inégalités sociales ?


Grands axes du plan :

  1. Un aveu exalté

  2. Une expression difficile

  3. Une critique implicite des conventions sociales



Définitions


Notions




Plan détaillé : (idée / exemple / conclusion) + introduction et conclusion rédigées


    I) Un aveu exalté

    1. Une passion secrète


Idée : ce passage est le moment où le valet avoue son amour à la reine depuis six mois, alors que cet amour est impossible.

Les héros sont obligés de refouler leurs sentiments car ils ne peuvent pas vivre leur amour au grand jour parce qu'un est valet et l'autre est d'une classe sociale haute. Il en garde donc le secret de leur amour pour ne pas le dévoiler aux personnes autour d'eux.


Exemples : CL de souffrance « souffert » L.13 , « souffrais » L.15-26 > rappelle l''univers racinien et l'amour tragique et le mal-être.


Apostrophe «O mon dieu, j'ose le dire en face» L. 17 > RB se rend compte de l'importance de sa déclaration et demande pardon.


phrases exclamatives « Oh ! C'est moi qui souffrais ! Si tu savais ! Cent fois, » L.26 > intensité de l'amour, et le désespoir, et le doute de l'amour que porte la reine.


Périphrase est une figure de style qui consiste à remplacer un mot par sa définition ou par une expression plus longue. > prouve l'amour caché de Ruy Blas pour la reine.


CL de l'amour « aime » L.2-7-17, «amour » L. 7 : Ruy Blas expose son amour pour la reine.



Conclusion : L'amour entre les deux héros est très secret, aucune personne autour d'eux ne le sais, et c'est au bout de six mois, que Ruy Blas fait son premier pas en avouant son amour envers la reine.


    1. Un amour exacerbé


Idée : Ruy Blas profite de ce moment pour avouer son amour à la reine de manière emphatique en mettant en œuvre l'expression d'un lyrisme exacerbé, c'est à dire que Ruy Blas pousse ses sentiments d'enthousiasme et d'exaltation absolue.



Exemple : V 12 «Et vous m'éblouissez comme un ange qu'on voit» est une comparaison > la reine est comparée à un ange (cupidon),


V 10 «Je vous aime de loin, d'en bas, du fond de l'ombre» est une gradation descendante > qui montre qu'il aime la reine, tout en exprimant une certaine souffrance, comme une descente aux enfers.


CL de la lumière «éblouissez» > la reine est représentée comme une divinité, une déesse, Ruy Blas exagère ses propos.


V 11 «Je n'oserais toucher le bout de votre doigt» c'est une formulation négative > c'est une extrême soumission de Ruy Blas à la reine, car il n'osera pas la toucher, elle est trop précieuse.


conclusion : L'amour de Ruy Blas envers la reine et inversement est en quelque sorte exagéré, il utilise des propos amplifiés par rapport à la reine, il l'idéalise.



    1. Un lyrisme débordant


Idée : Le lyrisme débordant est évoqué par l'intensité des sentiments et des émotions ressentis. Il est non seulement omniprésent mais aussi exploité dans son intégralité. Il exprime la passion d'un «malheureux» dont l'amour tenu secret a été une réelle souffrance. Ce lyrisme est accentué par l'aveu d'un respect, d'une soumission admirative. Digne du sentiment vassalique liant le chevalier courtois a sa dame par le biais leur vivacité


Exemples : - «je vous aime»( V1,V10,V17) est employé trois fois donc ce sont des répétitions; «qui vous aime» V7 > met en évidence l'amour exacerbé de Ruy Blas.





Conclusion : Le lyrisme exprimé par l'ensemble des sentiments avec une opposition entre l'amour et la souffrance met en évidence la déchirure de la reine et de Ruy Blas : leur amour est impossible.



      II) Une expression difficile

      1. Un aveu paradoxal


Idée : les deux personnages sont confrontés à des rangs sociaux différents, ce qu'il montre un amour impossible entre eux. Cela va donc les amener à un aveu difficile et illogique à avouer.


Exemples : couple antithétique > montre un amour impossible dû à leur statut différent, un valet ne peut pas être avec une reine et inversement.


prétérition « Oh ! Parle ! Ravis-moi »V21, « Jamais on ne m'a dit ces choses là. J'écoute !» V22 > dire ce qu'elle ne veut pas dire, oppose à ce qu'elle aimerait réellement faire, elle tombe donc dans le doute.


Apostrophe « Oh !» l. 26, « Oh ! Madame, achever» V31 > cela marque le trouble entre les 2 personnages et cela laisse un sous entendu.


Conclusion : Ainsi l'aveu des deux personnages sur leur amour porte à confusion et laisse de nombreux sous-entendu. La reine a peur de les entendre mais ne veux pas ne pas les entendre, elle est troublée, ce que va ressentir Ruy Blas.


      2. Le trouble de la reine


Idée : La reine est sensible aux belles paroles de Ruy Blas , elle n'est pas habituée à cela, car le roi ne lui parle pas avec autant d'élégance. La reine ne comprend pas ses sentiments qui sont multiples : elle est dans un état complexe et confus tant sur le plan sentimental que physique.


Exemples : parallélisme v25 «J'ai besoin de tes yeux, j'ai besoin de ta voix.» > sous une emprise total, et la dépendance de son envie elle est donc troublée physiquement car elle a besoin de le voir, et psychologiquement elle a besoin de l'entendre. Ce qui donne une dimension plus dramatique d'un amour socialement impossible.


- CL du malheur «souffrais» V26, «malheureuse» V29 > il y a une souffrance intérieur de la reine, elle a besoin de Ruy Blas pour vivre l'amour qu'il ne lui a jamais été donné.


- Tutoiement de la reine > elle est perturbé ; le tutoiement va à l'encontre de son éducation et rapproche les deux personnages, et fait évoluer l'atmosphère de la scène vers une intimité qui transgresse les différents protocoles de la haute société.

- Elle traverse plusieurs états de sentiments : «ravie moi» V22 montre qu'elle est contente,heureuse. «me bouleverse toute» montre qu'elle est troublée, et elle dit «j'ai peur». Les vers marquent plusieurs états psychologiques qui vont tour à tour éprouver la condition d'une reine.


Conclusion : La reine est confuse suite à l'aveu de Ruy Blas, elle manifeste son trouble par des paroles maladroites, elle ne peut pas supporter cet amour impossible.


      3. Un bonheur menacé


Idée : on observe un paradoxe, la reine n'ose pas profiter du moment présent car elle ne cesse penser à l'avenir qu'elle sait malheureux. Alors que Ruy Blas vient de lui faire une déclaration, celle ci refuse obstinément d'avouer son amour car elle se sent menacé.


Exemples : CL de la souffrance «souffert» V13, «souffrais» V15, V26 > montre qu'ils souffrent de l'amour impossible, ils ont peur des conséquences de l'engagement.


A travers la gradation : V 29 «Je suis bien malheureuse, Oh ! Je me tais. J'ai peur !», la reine s'oppose elle même à son bonheur, à son amour, à cause d'une projection futuriste et manichéenne. > elle écoute ce que Ruy Blas lui dit mais n'ose pas ce réjouir de ce qui s'offre à elle, elle pense déjà à des douleurs futurs.


V24 «Ton âme en me parlant me bouleverse toute» sentiment complexe > Victor Hugo met la rime sur « toute » ce qui accentue le sentiment paradoxal de la reine, déchirée entre l'amour de son éducation et celle qu'elle porte, malgré elle, à Ruy Blas.


V28 «Mais non, je ne dois pas dire cela si vite.» formulation négative > dans un moment heureux, cette phrase marque une opposition entre le fond et la forme.


Conclusion : les 2 personnages ont conscience de l'amour impossible, la reine ne profite pas des instants de bonheur qui sont évoqués, les personnages se complaisent dans leur malheur présent et futur.


      III) Une critique implicite des conventions sociales

      1. Le vassal amoureux


Idée : L'amour que porte Ruy Blas pour la reine est si profond qu'il serait prêt à tout pour elle. Le fait qu'un vassal est prêt à tout faire pour une reine dénonce en quelque sorte leur inégalités, ils ne sont pas de la même classe sociale, ce qui montre qu'il y a un amour impossible entre les deux protagonistes.


Exemples : La question «Que faut-il que je fasse ?» et l'exclamation «Si vous me disiez : meurs !»

V18, V19 « > Montre que Ruy Blas se soumet totalement à la reine, il remet son sort entre ses mains, paradoxalement la reine est songeuse quant à l'abandon d'un royaume.


Conclusion : Par cette déclaration d'amour, Victor Hugo conduit en fait le lecteur à se poser des questions sur cet amour impossible entre différentes classes sociales, il fait en quelque sorte une critique sociale et politique implicite des inégalités existantes.


      2. La suzeraine passionnée


Idée : La reine est sensible à la déclaration de Ruy Blas, elle ne peut pas cacher ses sentiments. Elle est partagée entre être fidèle au roi ou être fidèle à Ruy Blas, car ce dernier se comporte avec une grandeur d'âme qui la transporte d'admiration et donc renforce son amour. Ruy Blas se comporte avec une grandeur d'âme qui transporte la reine d'admiration pour lui mais cependant elle va à l'encontre de toutes ses convenances sociales, de son éducation.


Exemples : - Personnification «ton âme en me parlant me bouleverse toute» V24 > Elle est dans un état sentimental multiple et complexe

- Phrases exclamatives > amplifient l'expression de ses sentiments : ce qui va devenir une excitation.

- Tutoiement > La reine enfreint une règle, elle rentre dans l'intimité, ça va à l'encontre de son éducation car la reine symbolise le pouvoir et Ruy Blas le peuple ; ils ne font pas partis de la même classe sociale.

- Utilisation de la première personne > cela montre qu'elle parle de ses sentiments avec lyrisme et passion. Elle tend à exprimer une certaine sensibilité à la présence de Ruy Blas, et une inquiétude vis à vis de son secret potentiel.


Conclusion : La reine cherche alors à montré officieusement ses sentiments envers Ruy Blas, ce qui trangresse dès lors toutes les lois sociales, éthiques, éducation, qui ont parfait l'éducation d'une jeune allemande à un roi d'Espagne. Parallèlement il démontre que l'amour vient théoriquement à bout des lois qu'on s'impose.


Introduction rédigée :

Une forme étonnamment classique est mise en œuvre par le révolutionnaire Victor Hugo. Avec ces cinq actes d'une tragédie romantique de Ruy Blas nous offre un panel de sentiments et de converses qui seront tour a tour éprouvés. Mais, c''est avec la plus grande surprise que l'on découvre les principes novateurs du nouveau genre tel que l'abolition des principes qui font le classique, ainsi aussi il y a l'intrigue et le seul lieu alors que dans cette pièce il y en a pleins, qui marque la volonté des dramaturges de s'affranchir des règles traditionnelles , notamment la règle des trois unités d'où la pièce doit être de vingt-quatre heures et la pièce ce passe de plus d'un an. Le soucis de modernité et de réalisme prévu révolutionnent ainsi le théâtre classique, on délaisse parfois le vers pour la prose et l'on privilégie le pittoresque et l'émotion : on mêle, selon les mots de l'auteur, « le sublime et le grotesque »,. Le héros de ce récit éponyme, déploie son intelligence et son éloquence, tant pour dénoncer et humilier une oligarchie accapareuse des biens de l'État que pour se montrer digne d'aimer la reine d'Espagne. Mais cette voix du peuple, éprise de justice, éclairée par l'amour, est prisonnière de la condition de valet et d'un maître attaché à perdre la réputation de la reine en lui donnant « son laquais pour amant ». Ici a l'acmé d'une pièce d'un genre nouveau, qui n'est autre qu'un aveu pour le moins éloquent d'un amour cacher, dissimuler qui torturait, consommait les âmes de nos protagonistes.

Pour ce faire nous nous demanderons en quoi cette déclaration d'amour passionnée permet-elle une dénonciation des inégalités sociales ?

C'est par cette suite, que nous analyserons l'expression d'un aveu exalté, et pour s'en suivre, nous commenterons sur cette pièce une expression qui se veut difficile et pour finir nous expliquerons une critique implicite des conventions sociales.



Conclusion rédigée :

Pour conclure, ce dialogue des deux protagonistes de cette intrigue amoureuse montre qu'ils sont obligés de refouler leurs sentiments. Ils ne peuvent pas vivre leur amour au grand jour à cause de leur classe sociale différente ; la soumission de Ruy Blas envers la reine montre qu'elle est responsable de ses tourments et qu'il est impuissant face à ces sentiments.

Ainsi l'aveu des deux personnages sur leur amour porte à confusion et laisse de nombreux sous-entendu concernant leur relation et à ce qu'ils doivent mener. La reine est donc confuse suite à la déclaration de Ruy Blas, elle manifeste son trouble par des paroles maladroites, elle ne peut pas supporter cet amour impossible, d'où les deux personnalités ont conscience de cet amour impossible.

Ainsi nous pourrons donc nous demander en quoi par cet amour impossible dû à l'impossibilité d'une égalité des deux héros est en quelque sorte une critique des conventions sociales ?



Pistes pour l'entretien :











Léa RENAUD, Alex PONCOT, Chloé SAINTY – 1°SB - Synthèse réalisée le 15/04/14 7/7