ABCD : quelques précisions sur les principes manquent

Théorie du drame romantique

Le drame romantique est une forme théâtrale née au début du XIXe siècle dans le sillage du drame bourgeois du XVIIIe siècle. Racine et Shakespeare, l'œuvre de Stendhal parue en 1823, est un de ses textes fondateurs.

Victor Hugo a exposé les grandes lignes théoriques du drame romantique dans la préface de Cromwell (1827). Il y définit le drame romantique comme « une peinture totale de la nature ». S'y mêlent donc, selon son mot, « grotesque et sublime ». Selon Victor Hugo, aux trois âges du monde correspondent trois moments de la poésie : l'ode, l'épopée, le drame. Les temps primitifs sont lyriques, les temps antiques sont épiques, les temps modernes sont dramatiques.



Une nouvelle vision de l'Histoire


Le drame romantique trouve son origine dans le drame du XVIIIe siècle illustré par Diderot, Mercier ou encore , qui mettent en scène le quotidien bourgeois. Avec la Révolution, le drame change de sens et devient historique ; l'Histoire ne concerne cependant pas que les puissants, comme dans la dramaturgie classique, mais se réalise dans la rue.



LE DRAME ROMANTIQUE – ABCD : trop superficiel !




Au XIXe siècle, le théatre fais place à une nouvelle forme théatrale : le drame romantique.

Dans la préface de Cromwell en 1827, Victor Hugo détermine le drame romantique comme « une peinture totale de la nature ».





Le nouveau drame, a une revendication totale, c'est-à-dire mélange des genres et des tons, liberté de l'art.

Oliver Cromwell fait face à une faiblesse humaine, on parle donc de la vertus, c'est-à-dire le courage.