Fiche de révision de texte – oral EAF

Quand vous serez bien vieille / Sonnets pour Hélène / 1578

Pierre RONSARD

Objet d'étude :

L'écriture poétique en quête du sens, du Moyen-Âge à nos jours


Période ET mouvement littéraire :

XVIème siècle / et plus précisément pendant la pléiade : fondement des principaux genres de la littérature moderne en France avec François Rabelais pour la prose narrative, Pierre de Ronsard et Joachim du Bellay pour la poésie, Michel de Montaigne pour la littérature d'idées ou Robert Garnier et Étienne Jodelle pour le théâtre.


Genre :

Poésie : Les œuvres poétiques sont généralement écrites en vers mais il en existe aussi en prose. La poésie a une tradition orale, les auteurs privilégient donc la musicalité de l’œuvre.


Registre :

Lyrique : Le registre lyrique est l’expression des états d’âme et des émotions : plainte, regret, nostalgie, joie, etc. Le registre lyrique cherche à émouvoir le lecteur.


Mots-clés

Amour

Vieillesse

Nostalgie






Problématique : En quoi cette description inquiétante est-elle une invitation à l’amour ?


Grands axes du plan :

I-Un tableau réaliste de la vieillesse

1)La description de la vieillesse

2)La nostalgie

3)La présence de la mort

II-Une déclaration d’amour originale

1)Une image péjorative de la jeune fille

2)Un amant narcissique

3)La présence d’une morale

Définitions

Carpe Diem : est une locution latine extraite d'un poème de Horace que l'on traduit en français par : «Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain»

Notions


Introduction, plan détaillé et conclusion :


Introduction rédigée :

Ronsard, poète de la pléiade publie «Sonnets pour Hélène» en 1574. Le poème fait preuve d’un lyrisme particulier afin de charmer le jeune Hélène. En effet, le poète montre à Hélène qu’il faut profiter du présent dans l’idée que le futur est incertain et que tout est amené à disparaître. Il use également de sa notoriété afin d’assurer à Hélène un avenir jeune et prometteur.

Nous nous demanderons alors en quoi cette description inquiétante est-elle une invitation à l’amour. Nous exprimerons un tableau plutôt réaliste de la vieillesse avant de parler d’une déclaration d’amour originale.


I. Un tableau réaliste de la vieillesse

1)La description de la vieillesse

Idée : L’auteur insiste sur le futur de la jeune femme, il anticipe son avenir. Il abuse de l’inexorabilité de la situation, en effet il appuie sur le fait qu’Hélène va vieillir dans un futur proche. Il utilise ce moyen pour qu’elle cède enfin à ses faveurs.


Exemples : La coupe à l’hémistiche, vers 1-2 «Quand vous serez bien vieilles, au soir à la chandelle, Assise auprès du feu…» accentue la métaphore, qui met en parallèle «la chandelle» avec la vie d’Hélène. Ainsi, l’auteur prône le fait que la vie de la jeune femme se consumera rapidement, tout comme la chandelle, il insiste ainsi sur son caractère fugitif. Dans ce même vers, d’abord le mot «bien», rend la situation hyperbolique, en accentuent la vieillesse et le temps qui passe pour Hélène. Ensuite «au soir» qui est utilisé de façon redondante, rappelle la solitude et la monotonie qu’elle éprouvera plus tard. Tout comme, à la deuxième strophe où la deuxième personne, l’imparfait, ainsi que les participes présents, sont utilisés dans le même but. Nous pouvons également remarquer une évolution entre le début et la fin du texte, si au départ la jeune femme est décrite comme « bien vieille», au vers 11 elle devient «au foyer une vieille accroupie…» cette progression accroît la décrépitude et la mort imminente d’Hélène.


Conclusion : A travers une utilisation abusive de la vieillesse, l’auteur cherche à effrayer la jeune femme pour la faire céder. Il abuse de sa naïveté évidente et de son manque d’expérience pour l’attirer. Cette image de la femme dégradée n’est évidemment supportable que pour une destinatrice jeune et belle, telle qu'est Hélène.


2)La nostalgie

Idée : Ronsard expose à la destinatrice du poème, l’idée de la nostalgie que celle-ci ressentira lorsqu’elle sera plus âgée.


Exemples : Le poète exploite l’imparfait d’habitude, tel qu’ici «célébrait» pour évoquer les moments passés. En opposition, il projette Hélène dans le futur, comme «serez», pour montrer les remords, les regrets, que celle-ci éprouverait si elle ne cédait pas à Ronsard. L’imparfait de description étaye le fait qu’avant sa vie était mieux, notamment avec le vers «Du temps que j’étais belle». Dans cette phrase, l’association de la beauté à la jeunesse apporte une fois de plus, une touche de nostalgie, en effet sa jeunesse s’est évanouie en emportant avec elle sa beauté. Le participe «regrettant» au vers 12 a un double sens : il signifie à la fois éprouvant de la nostalgie à l’égard de mon amour pour vous et regrettant de ne pas y avoir répondu. L’auteur rend responsable Hélène de cette situation, en effet l’euphémisme «je prendrais mon repos» le montre bien. Il suscite le regret de celle-ci à travers le champ lexical du regret qui est omniprésent dans le texte. Il utilise également le champ lexical de la vieillesse, tel qu’au vers 1 avec «vieille» ou encore au vers 12 «myrteux», il décrit, ici la rapidité de la vie.


Conclusion : Cette scène engendre inévitablement des regrets, que le poète essaie de susciter par ce long tableau du futur. La beauté n'est pas célébrée, ainsi que son caractère, puisque Ronsard la considère comme orgueilleuse. La jeune femme ne peut donc que regretter l’amour qui lui a été offert et qu’elle a rejeté. La vieillesse ne peut être qu'un moment de mélancolie, de regrets, annonçant sa mort douloureuse, que le poète évoque avec un certain plaisir, tout en restant poètique. C'est une Hélène nostalgique décrite par Ronsard, avec qui il s'amuse à évoquer les interminables

regrets dont celle-ci sera éprise.



3)La présence de la mort

Idée : La présence de la mort est double dans ce poème, Ronsard tente d’effrayer Hélène en la confrontant à sa mort : il accentue cet effet, en évoquant sa propre mort. De plus, il veut lui faire accepter la vie et sa brièveté.


Exemples : Le champ lexical de la mort est présent tout au long du poème, avec les thermes «fantôme» «repos» «myrteux» «sommeillant», ce qui permet de mettre en place une atmosphère lugubre afin d’effrayer Hélène. Les deux derniers vers «Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain : Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.», sont écrit à l’impératif, ainsi à travers l’ordre donné à la jeune femme, Ronsard cherche à invoquer la peur chez elle. L’impératif transforme également le texte en gradation implicite. Le premier tercet et le premier vers du second tercet opposent la mort du poète (champ lexical de la mort : «sous la terre», «fantôme», «sans os» et «repos») et la vieillesse d’Hélène qui regrettera de ne pas l’avoir aimé («regrettant […] votre fier dédain»). La succession de rimes pauvres dans le sizain final accentue la triste réalité de la mort. L’euphémisme vers 11 «Je prendrais mon repos» et celui au vers «à demis sommeillant», donnent un rythme au texte, au début l’auteur tente de ne pas brusquer Hélène.

La mort du poète, et celle d’Hélène repose sur une antithèse: Ronsard aura une mort très douce, en effet celui-ci devient leger, un spectre qui vivra éternellement. Tandis que la fin d'Hélène se veut plus amère, effectivement, selon l'auteur elle finira seule, vieille et oubliée. Il la domine ainsi par la peur de la mort.


Conclusion : Ce tableau pessimiste, dur, cruel et réaliste se présente comme une stratégie amoureuse. L'auteur dépeint avec une grande précision le temps de la vieillesse afin de faire prendre conscience à la jeune femme de la fugacité de la beauté et des sentiments.


II-Une déclaration d’amour originale

1)Une image péjorative de la jeune fille

Idée : La beauté d’Hélène est présentée comme un élément du passé, comme une choses appartenant au domaine de l’inaccessibilité afin de la rabaisser et ainsi de ne plus lui donner d’importance. En effet, Ronsard ne cherche pas à la célébrer mais à lui renvoyer plutôt une image peu flatteuse d’elle-même pour la faire douter et perdre sa confiance en elle.


Exemples : - L’imparfait « me célébrait » vers 4, illustre bien le passé qui est associé à la beauté d’Hélène et que maintenant c’est une image négatif de celle-ci. L’euphémisme « mon repos » vers 10, montre bien que Ronsard cherche à rendre coupable Hélène et donc de la rabaisser afin de nous donner une image plutôt péjorative de celle-ci . Le champ lexical de la vieillesse « filant, vieille » vers 1 et 2, illustre bien l’idée de nous envoyer une image peu flatteuse d’Hélène.


Conclusion : Ronsard fait l’éloge d’une beauté passé face à la réalité du futur d’Hélène qui est la vieillesse en ayant pour but de présenter la beauté de celle-ci comme quelques choses de négatif.


2)Un amant narcissique

Idée : Ronsard se présente comme une opportunité et qui doit être considérée tel un honneur, en faisant son propre éloge. Ce dernier ayant eu des expériences dans sa vie propose à cette jeune fille de découvrir toutes les subtilités de l’amour et de profiter de son exemple ainsi que de sa notoriété.


Exemple : Le champ lexical du temps «soir, vieille, demain…», représente l’immortalité mais aussi la dimension maitrisé de Ronsard. L’hyperbole «Direz chantant mes vers, en vous émerveillant» vers 3, montre que l’auteur se décrit comme étant plus qu’un homme, mais comme un poète qui revis à travers ses vers, cela prouve qu’il est orgueilleux. Le champ lexical de la religion «louange, bénissant…», montre que le poète est plus qu’un Dieu et que l’amour n’est pas physique mais spirituel. Le vers «Qui au bruit de Ronsard ne s’aille réveillant», montre que l’auteur utilise des mots puissant pour lui apporter de la grandeur. Le futur simple «s’aille, aurez…», met en évidence l’exclusivité de la situation. Spéculation (discours rapporter) «Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle», prouve qu’Hélène existe seulement car Ronsard le désir, sans lui elle n’est rien et que si elle ne cède pas à ses avances, elle n’existe plus. Hélène a donc une chance de survivre, c’est avec lui et avec personne d’autre.


Conclusion : Ronsard se glorifie, plus qu’il n’accorde de l’importance à Hélène. En effet, Il lui fait comprendre que sans lui, elle n’est rien, elle n’existe pas. Il considère que son expérience est une chance pour Hélène d’apprendre l’amour et la poésie.


3) La force d’une morale implicite

Idée : La morale permet à l’auteur de persuader la jeune femme et ainsi de l’inciter à céder aux avancent de celui-ci. Ce dernier veut montrer à Hélène qu’il faut profiter de l’instant présent en l’aimant pour ne pas avoir de regrets par la suite.


Exemple: Le champ lexical de la nostalgie «regrettant» et les verbes à l’imparfait «célébrait, j’étais…», expriment l’inexorabilité du temps qui passe et la monotonie de la vie d’Hélène. Rupture après le vers 12 dans le dernier tercet de ce sonnet, cela montre que l’auteur sépare le poème de sa morale. La métaphore canonique de la brièveté de l’existence humaine « cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie » vers 14, prouve que le poète souhaite inciter Hélène aux valeurs et aux principes du carpe diem et donc il veut qu’elle savoure le présent dans l’idée que le futur est incertain et que tout est amené à disparaitre (profiter de la vie).


Conclusion : Ronsard veut prouver à la jeune fille que leur relation est la meilleur moyen d’embellir et de rendre ma la suite du fil de sa vie. Ronsard veut montrer à Hélène qu’elle n’existe que grâce à lui, et que par conséquent il n'y a rien d'immoral à profiter de cet instant.


Conclusion rédigée :

Ronsard fait preuve de ruse pour séduire la jeune femme. La peur de la vieillesse, la beauté éphémère et la nostalgie de la jeunesse sont les meilleurs moyens que l’auteur a trouvés pour la faire céder. On peut donc dire qu’il abuse de sa naïveté et de son manque d’expérience afin de parvenir à ses fins. En expliquant cela à Hélène, Ronsard la domine par la peur et la pousse à profiter de l’instant présent. Le poète lui montre que sans lui elle n’est rien et qu’elle ne pourra être heureuse qu’avec lui.

On pourra alors se demander en quoi la poésie permet-elle d'influencer la réalité ?

Alexandra SCHNEIDER, Mélody TOMASZEWSKI, Iliès SLIMANE – 1SB - Synthèse réalisée
le 19/05/14 2/5