Un wiki comme carnet de cours

Seconde7 / Equipe 5 Synthèse 2

LE DRAME ROMANTIQUE, Synthèse

I- Bataille pour un genre nouveau.



Le théâtre classique, notamment la tragédie, représentait aux yeux des romantiques le visage même de l'œuvre littéraire dont ils ne voulaient plus. Précédé de quelques textes théorique comme le Racine et Shakespeare de STENDHAL, qui dés 1823 réclame un théâtre en prose plus conforme au génie « moderne » ; ou accompagné de multiples préfaces engagées, le drame va progressivement s'imposer comme une forme innovante pour ses adeptes et « scandaleuse » pour ses détracteurs.

La plus célèbre manifestation eut lieu le 25 février 1830 lors de la « première » d'Hernani de V.HUGO à la Comédie-Française. L'enjambement peu régulier des deux premiers vers déchaîna la querelle qui vit, pendant toute la durée de la représentation, les défenseures de cette œuvre (DUMAS, GAUTIER, NERVAL, BALZAC, BERLIOZ) s'opposer bruyamment à ses adversaires. Porté par le succès auprès du public, Hernani sortit vainqueur de cette mêlée

II-De nouveaux mots d'ordre.

Ce drame illustrait bien les nouveaux mots d'ordre que V.HUGO et ses amis voulaient opposer aux règles de la tradition car il ne respecte ni l'unité de lieu, ni celle de temps, ni celle d'action.
Nouveaux mots d'ordre : -Totalité : puisque la Nature et l'Histoire leur apparaissent à la fois bonne et mauvaise, grotesques et sublimes, le drame, revendiquant le mélange des genres, exprimera donc cette plénitude contrastée en étant en même temps tragédie et comédie.
-Liberté : pour accéder à cette totalité et à cette diversité, le drame s'engagera dans la voie d'une libération formelle. Renoncement au système des unités qui se voulaient fondées sur la « vraisemblance » ; en revanche à de rares exceptions près, peu de dramaturges oseront rompre avec la métrique classique et offrir de grands drames en prose « libérée » comme le réclamait STENDHAL.

III-Des héros singuliers.

Dans ce contexte, au lieu d'incarner un type humain universel, le héros du drame romantique s'affirme d'abord comme un individu, unique, original et évolutif, dont la pièce dessine la courbe du destin.
Si cette originalité fait souvent sa force et sa supériorité, le héros, apparenté en cela aux victimes du « mal du siècle », l'éprouve aussi souvent comme une forme douloureuse ou aliénante de marginalité.
Porté par la dynamique de ses désirs et de ses défis, le héros rencontre souvent la fatalité tragique du sacrifice au terme de sa quête.

IV-Les raisons d'un échec.

En mai 1843, l'échec des Burgaves de V.HUGO à la Comédie-Française annonce la fin du drame romantique. Trois raisons peuvent l'expliquer :
les résistances d'une partie des gens du spectacle aux innovations du genre, ainsi que la fidélité d'une grande partie du public bourgeois au théâtre classique ;
la pauvreté, à l'exception de quelques chefs-d'œuvres, dans la création des héros et personnages mis en scène ;
la lourdeur enfin, les excès d'imbroglios et d'invraisemblances qui rendirent les drames proprement injouables.

Imprimé depuis http://fontste.free.fr/pmwiki/index.php5?n=Seconde7.Equipe5Synth%e8se2
Page modifiée le 05/04/2010 à 15:09 par mylene (IP 82.251.55.219)