Historique de Seconde.Enonce

Montrer les modifications mineures - Affichage du code

06/06/2009 à 16:08 par Stéphane -
Ligne 6 supprimée:
Lignes 15-116 modifiées:

(:table class="prettytable":)
(:cell :) Type d'énoncé
(:cell :)
(:cell :) discours
(:cell :)
(:cell :)
(:cell colspan="2" :) récit
(:cell :)

(:cellnr :) Genre
(:cell :) texte d'idées
(:cell :) texte

"oralisé"
(:cell :) texte argumentatif
(:cell :) texte

narratif
(:cell colspan="2" :) texte descriptif
(:cell :) texte explicatif

(:cellnr :) Marqueurs

significatifs
(:cell :) • sujet sérieux

• opposition d'idées
(:cell :) • prise de parole des personnages
(:cell :) • figures de style

• structure logique forte
(:cell :) • importance accordée aux points de vue
(:cell colspan="2" :) • présentation de lieux

• portrait de personnage
(:cell :) • objectivité

• clarté des propos

(:cellnr :)
(:cell colspan="3" :) Les indices d'énonciation
(:cell colspan="2" :)
(:cell :)
(:cell :)

(:cellnr :) Temps et modes verbaux
(:cell colspan="3" :) temps simples de l'indicatif

• présent

• passé composé

• futur
(:cell :) •passé-simple

• présent de narration
(:cell colspan="2" :) • imparfait

• plus-que-parfait

• présent de vérité générale
(:cell :) • présent de vérité générale

• impératif

• infinitif

(:cellnr :) Nature des verbes
(:cell :) verbes d'opinion
(:cell :) verbes déclaratifs
(:cell :) verbes d'opinion
(:cell :) verbes d'action
(:cell colspan="2" :) verbes

d'état
(:cell :) verbes d'action

(:cellnr :) Personnes
(:cell colspan="3" :) marques de la 1ère et de la 2ème personne du singulier et du pluriel

(locuteur et destinataire présents)
(:cell colspan="3" :) marques de la 3ème personne (locuteur et destinataire absents)
(:cell :) formes non-personnelles

(:cellnr :) Repères spatio-temporels
(:cell :) souvent hors du temps et des lieux
(:cell colspan="2" :) texte organisé par rapport au moment de l'énonciation
(:cell :) repères temporels nombreux
(:cell colspan="2" :) repères spatiaux nombreux
(:cell :) pas nécessaire

(:tableend:)

en:
06/06/2009 à 16:05 par Stéphane -
Lignes 1-83 modifiées:

Les relations logiques

Ce sont les liens qu'entretiennent les idées entre-elles dans un texte argumentatif ; ils peuvent être explicites ou implicites. Ces relations (liens) logiques peuvent être de nature différente afin d'exprimer les nuances de la pensée.

1. Les relations exprimées explicitement

Le raisonnement consiste en une suite de propositions déduites les unes des autres dans le but de faire adhérer quelqu'un à son opinion. Quelle que soit la nature de l'argumentation, il s'appuie sur une démarche logique et explicite.

Il peut , alors, soit suivre une progression, soit marquer des ruptures, faisant preuve ainsi soit de fluidité et de cohérence, soit de heurts et d'irrégularité.1

(:table:)
(:cell colspan="3" :) Le raisonnement suit une progression

(:cellnr :) Connecteurs

logiques
(:cell :) Relation

lo­gique
(:cell :) Fonction

(:cellnr :) et, de plus, d'ailleurs, d'autre part, en outre, puis, de surcroît, voire, en fait, tout au moins / tout au plus, plus exactement, à vrai dire, encore, non seu­lement… mais encore…
(:cell :) addition, gradation
(:cell :) permet d'ajouter un argument ou un exemple nouveau aux précédents

(:cellnr :) ainsi, c'est ainsi que, comme, c'est le cas de, par exemple, d'ailleurs, en particulier, notamment, à ce propos…
(:cell :) illustration

(:cell :) permet d'éclairer son ou ses arguments par des cas concrets

(:cellnr :) en réalité, c'est-à-dire, en fait, plutôt, ou, ou bien, plus exactement, à vrai dire…
(:cell :) correction
(:cell :) permet de préciser les idées présentées

(:cellnr :) aussi… que, si… que, comme, autant que, autant, de même que, de la même façon, parallèlement, pareillement, semblablement, par analogie, selon, plus que / moins que…
(:cell :) comparaison
(:cell :) permet d'établir un rapprochement entre 2 faits

(:cellnr :) si, à supposer que, en admettant que, probablement, sans doute, apparemment, au cas où, à la condition que, dans l'hypothèse où, pourvu que…
(:cell :) condition
(:cell :) permet d'émettre des hypothèses en faveur ou non d'une idée

(:cellnr :) car, c'est-à-dire, en effet, en d'autres termes, parce que, puisque, de telle façon que, en sorte que, ainsi, c'est ainsi que, non seulement… mais encore, du fait de…
(:cell :) justification
(:cell :) permet d'apporter des informations pour expliciter et préciser ses arguments

(:cellnr :) car, parce que, puisque, par, grâce à, en effet, en raison de, du fait que, dans la mesure où, sous prétexte que, en raison de…
(:cell :) cause
(:cell :) permet d'exposer l'origine, la raison, d'un fait

(:cellnr :) premièrement… deuxièmement, puis, ensuite, d'une part… d'autre part, non seulement… mais encore, avant tout, d'abord, en premier lieu…
(:cell :) classification
(:cell :) permet de hiérarchiser les éléments présentés dans l'argumentation

(:cellnr :) afin que, en vue de, de peur que, pour, pour que…
(:cell :) finalité
(:cell :) permet de présenter le but de son argument

(:cellnr :) après avoir souligné… passons maintenant à…
(:cell :) transition
(:cell :) permet de passer d'une idée à une autre

(:tableend:)

en:

Comment caractériser un texte ?

(:toc:)

1. Reconnaître les énoncés

• énoncé : c’est ce qui est dit ou écrit.

• énonciation : c’est l’ensemble des procédés montrant la présence de l’émetteur de l’énoncé à l’intérieur même de son énoncé.

• discours : c’est tout énoncé, écrit ou oral, dans lequel l’émetteur de l’énoncé multiplie les références à l’acte d’énonciation (identité des interlocuteurs, lieu et moment de l’énonciation, attitude des interlocuteurs…) pour entrer ou rester en contact.

• récit : c’est tout énoncé, écrit ou oral, dans lequel l’émetteur de l’énoncé ou les marques de l’acte d’énon­ciation sont délibérément absentes.

Lignes 19-64 modifiées:

(:cell colspan="3" :) Le raisonnement marque une rupture

(:cellnr :) Connecteurs

logiques
(:cell :) Relation

lo­gique
(:cell :) Fonction

(:cellnr :) malgré, en dépit de, quoique, bien que, quelque soit, même si, ce n'est pas que, certes, bien sûr, il est vrai que, toutefois…
(:cell :) concession
(:cell :) permet de constater des faits opposés à sa thèse en maintenant son opinion

(:cellnr :) soit… soit, ou… ou, non tant… que, non seule­ment… mais encore, l'un… l'autre, d'un côté… de l'autre…
(:cell :) alternative
(:cell :) permet de proposer les différents choix dans une argumen-tation

(:cellnr :) mais, cependant, en revanche, alors que, pourtant, tandis que, néanmoins, au contraire, pour sa part, d'un autre côté, or, en dépit de, au lieu de, loin de…
(:cell :) opposition
(:cell :) permet d'opposer 2 faits ou 2 arguments, souvent pour mettre l'un des 2 en valeur

(:cellnr :) autant dire que, presque, si l'on peut dire, d'une certaine manière, sans doute, probablement, appa­remment, vraisemblablement…
(:cell :) approximation
(:cell :) permet d'apporter dif­férentes nuances d'une même idée

(:cellnr :) ainsi, c'est pourquoi, en conséquence, si bien que, de sorte que, donc, en effet, tant et si bien que, tel que au point que, alors, par conséquent, d'où, de manière que, de sorte que…
(:cell :) conséquence
(:cell :) permet d'énoncer le résultat, l'aboutisse­ment d'un fait ou d'une idée

(:cellnr :) bref, ainsi, en somme, donc, par conséquent, en guise de conclusion, pour conclure, en conclusion, en définitive, enfin, finalement…
(:cell :) conclusion
(:cell :) permet d'achever son argumentation, sa démonstration

(:cellnr :) mis à part, ne… que, en dehors de, hormis, à défaut de, excepté, uniquement, simplement, sinon, du moins, tout au moins, en fait, sous prétexte que…
(:cell :) restriction
(:cell :) permet de limiter la portée des propos ou des arguments avancés

en:

(:cell :) Type d'énoncé
(:cell :)
(:cell :) discours
(:cell :)
(:cell :)
(:cell colspan="2" :) récit
(:cell :)

(:cellnr :) Genre
(:cell :) texte d'idées
(:cell :) texte

"oralisé"
(:cell :) texte argumentatif
(:cell :) texte

narratif
(:cell colspan="2" :) texte descriptif
(:cell :) texte explicatif

(:cellnr :) Marqueurs

significatifs
(:cell :) • sujet sérieux

• opposition d'idées
(:cell :) • prise de parole des personnages
(:cell :) • figures de style

• structure logique forte
(:cell :) • importance accordée aux points de vue
(:cell colspan="2" :) • présentation de lieux

• portrait de personnage
(:cell :) • objectivité

• clarté des propos

(:cellnr :)
(:cell colspan="3" :) Les indices d'énonciation
(:cell colspan="2" :)
(:cell :)
(:cell :)

(:cellnr :) Temps et modes verbaux
(:cell colspan="3" :) temps simples de l'indicatif

• présent

• passé composé

• futur
(:cell :) •passé-simple

• présent de narration
(:cell colspan="2" :) • imparfait

• plus-que-parfait

• présent de vérité générale
(:cell :) • présent de vérité générale

• impératif

• infinitif

(:cellnr :) Nature des verbes
(:cell :) verbes d'opinion
(:cell :) verbes déclaratifs
(:cell :) verbes d'opinion
(:cell :) verbes d'action
(:cell colspan="2" :) verbes

d'état
(:cell :) verbes d'action

(:cellnr :) Personnes
(:cell colspan="3" :) marques de la 1ère et de la 2ème personne du singulier et du pluriel

(locuteur et destinataire présents)
(:cell colspan="3" :) marques de la 3ème personne (locuteur et destinataire absents)
(:cell :) formes non-personnelles

(:cellnr :) Repères spatio-temporels
(:cell :) souvent hors du temps et des lieux
(:cell colspan="2" :) texte organisé par rapport au moment de l'énonciation
(:cell :) repères temporels nombreux
(:cell colspan="2" :) repères spatiaux nombreux
(:cell :) pas nécessaire

Lignes 118-137 modifiées:

2. Les relations exprimées implicitement

Dans ce cas, il n'y a pas de connecteur logique, il faut déduire la relation logique à l'aide du contexte en regardant de près :

• la ponctuation

La virgule ajoute une idée à une autre ou donne un détail supplémentaire, le point-virgule sépare 2 idées en gardant une suite logique entre-elles, les parenthèses ou les deux points peuvent introduire un exemple, une cause ou une conséquence, le point d'interrogation introduit une explication…

• la disposition du texte

Elle peut révéler, à l'aide des paragraphes par exemple, la manière dont le locuteur envisage son ar­gumentation. Les paragraphes forment toujours des unités de sens autour d'une idée, d'un thème précis : denses, longs et peu nombreux, ils exposent une pensée structurée et ramassée, nombreux et de courte longueur, ils marquent le caractère décousu de la pen­sée, etc…

• le système d'énonciation

Il s'agit de prendre en compte les pronoms, les temps verbaux, les termes apprécia­tif/dépréciatifs qui peuvent souligner une relation logique sous-entendue.

en:

• embrayeurs : ce sont les mots dont le référent dépend de la situation d'énonciation, comme les pronoms "je" et "tu" (ou "nous" et "vous") qui désignent l'émetteur et le récepteur du propos, les adjectifs démonstratifs et possessifs qui y renvoient, les adverbes de lieu ("ici" et "là"), les adverbes de temps ("maintenant", "aujour­d'hui" ou "hier")…

• modalisateurs : ce sont les indices d'opinion, de jugement (verbes, adverbes, locution indiquant le degré de certitude ou emploi du conditionnel), les marques affectives (termes impliquant une émotion ou un sentiment) et les termes évaluatifs (vocabulaire valorisant/dévalorisant, comparatif/superlatif…) qui désignent l'attitude d'adhésion d'un locuteur par rapport à son énoncé et aux idées qu'il formule.

2. Déterminer les intentions du locuteur

• raconter des événements, des histoires : texte narratif

• décrire des objets, des lieux, des personnages : texte descriptif

• persuader, argumenter, critiquer : texte argumentatif

• informer, expliquer : texte explicatif

• conseiller, prier, ordonner : texte injonctif

• exprimer des émotions, des sentiments : texte expressif

• susciter des émotions, des sentiments chez le destinataire : texte impressif

3. Identifier la tonalité du texte

Chaque type de texte a sa propre tonalité (éléments caractéristiques qui induisent chez le destinataire un certain état affectif) et se reconnaît par des signes distinctifs :

(:table class="prettytable":)
(:cell :) Ton
(:cell :) Effet recherché
(:cell :) Moyens utilisés

(:cellnr :) lyrique
(:cell :) expression mélodieuse de sentiments intimes de l'auteur
(:cell :) champs lexicaux du sentiments; présence de je/tu; ponctuation expressive; langue sou­tenue…

(:cellnr :) épique
(:cell :) expression d'une grandeur qui dépasse les êtres et représente les valeurs symboliques d'une société
(:cell :) termes collectifs; les superlatifs; hyperboles; gradations; métaphores; personnifications; intervention du merveilleux…

(:cellnr :) tragique
(:cell :) expression d'un conflit qui déchire le héros convaincu qu'il n'existe plus d'issue possible
(:cell :) champs lexicaux de la mort; de la souf­france ; des passions destructrices; des sen­timents héroïques…

(:cellnr :) pathétique
(:cell :) expression qui provoque un attendrissement en portant les sentiments à leurs extrêmes
(:cell :) champs lexicaux des larmes; de la douleur; nombreuses exclamations; lamentations; métaphores et comparaisons à fortes charge émotive…

(:cellnr :) comique
(:cell :) expression qui provoque une amusement ou le rire
(:cell :) jeux de mots; jeux de sonorités; répéti­tions ; énumérations; comparaisons amu­santes; exagérations; propos absurdes ou familiers…

(:cellnr :) absurde
(:cell :) expression de propos déroutants par leur absence de logique et leurs caractère im­prévisible
(:cell :) non-respect de la logique; syllogisme; re­lation cause-conséquence défectueuse…

(:cellnr :) ironique
(:cell :) expression d'une dénonciation de manière indirecte quelque chose d'inacceptable
(:cell :) antiphrase; juxtapositions; exagérations ou atténuations déconcertantes; mots à valeur négative; périphrases…

(:cellnr :) oratoire
(:cell :) expression qui entraîne l'adhésion du lecteur, le persuade de la validité d'une thèse
(:cell :) emploi massif du je/nous/vous; interroga­tions et apostrophes; questions oratoires; anaphores; images; impératif; phrases amples…

(:tableend:)

4. Établir le genre littéraire du texte

roman : Le terme de « roman » date du Moyen Age. Il a d'abord désigné la langue vulgaire issue de l'évolution du latin parlé par le peuple : le roman s'opposait au latin des gens cultivés. Par extension, le mot a désigné dès le Xllème siècle un récit versifié en langue romane.

Par évolution ultérieure, ce type d'écrit renonce à la forme poétique. A partir du XVI Ième? siècle, le roman se définit comme une œuvre de fiction en prose, racontant les aventures et l'évolution d'un ou de plusieurs personnages. En tant que récit de fiction, il se distingue de la nouvelle par sa longueur, et du conte par son souci de vraisemblance.

théâtre : Le texte théâtral est d'abord un texte composé de deux types d'énonciation bien distincts : d'une part le dialogue entre les personnages, d'autre part les indications scéniques (didascalies) de l'auteur permettant de préciser où, quand, comment, par qui est prononcé le dialogue. Mais l'œuvre théâtrale ne se réduit pas au texte; elle est destinée à la représentation; elle s'inscrit alors dans un cadre spatio-temporel défini et délimité, elle repose sur le jeu des acteurs et sur une machinerie productrice d'effets et de décors, et son destinataire devient collectif. C'est un art de la présence.

poésie (poésie en vers vs poésie en prose) : La poésie est avant tout un travail sur le langage, considéré comme producteur de son avant même d'être producteur de sens. Le texte poétique se définit d'abord comme une musique. Traditionnellement, cette musique est codifiée : ce sont les rythmes, les mesures, les accents, les répétitions organisés par la versification. Le travail sur le sens, lui, doit jouer des ressources inattendues du langage qui contribuent à susciter chez le lecteur cette émotion particulière qu'on appelle l'émotion poétique. Le langage atteint alors une dimension magique de création d'un univers : en grec, « poiein » signifie « fabriquer », créer.

06/06/2009 à 15:52 par Stéphane -
Ligne 0 supprimée:
Lignes 7-9 modifiées:

1. Les relations exprimées explicitement

en:

1. Les relations exprimées explicitement

Ligne 17 modifiée:

(:table class="prettytable":)

en:

(:table:)

Lignes 132-133 modifiées:

2. Les relations exprimées implicitement

en:

2. Les relations exprimées implicitement

06/06/2009 à 15:52 par Stéphane -
Lignes 1-3 modifiées:

Les relations logiques

en:

Les relations logiques

Lignes 19-30 modifiées:

(:cell colspan="3" :)

Le raisonnement suit une progression

(:cellnr :)

Connecteurs

logiques

(:cell :)
Relation

lo­gique

(:cell :)
Fonction

en:

(:cell colspan="3" :) Le raisonnement suit une progression

(:cellnr :) Connecteurs

logiques
(:cell :) Relation

lo­gique
(:cell :) Fonction

Ligne 32 modifiée:

(:cell :)

addition, gradation

en:

(:cell :) addition, gradation

Lignes 37-40 modifiées:

(:cell :)

illustration

en:

(:cell :) illustration

Ligne 45 modifiée:

(:cell :)

correction

en:

(:cell :) correction

Ligne 50 modifiée:

(:cell :)

comparaison

en:

(:cell :) comparaison

Ligne 55 modifiée:

(:cell :)

condition

en:

(:cell :) condition

Ligne 60 modifiée:

(:cell :)

justification

en:

(:cell :) justification

Ligne 65 modifiée:

(:cell :)

cause

en:

(:cell :) cause

Ligne 70 modifiée:

(:cell :)

classification

en:

(:cell :) classification

Ligne 75 modifiée:

(:cell :)

finalité

en:

(:cell :) finalité

Ligne 80 modifiée:

(:cell :)

transition

en:

(:cell :) transition

Lignes 86-97 modifiées:

(:cell colspan="3" :)

Le raisonnement marque une rupture

(:cellnr :)

Connecteurs

logiques

(:cell :)
Relation

lo­gique

(:cell :)
Fonction

en:

(:cell colspan="3" :) Le raisonnement marque une rupture

(:cellnr :) Connecteurs

logiques
(:cell :) Relation

lo­gique
(:cell :) Fonction

Ligne 99 modifiée:

(:cell :)

concession

en:

(:cell :) concession

Ligne 104 modifiée:

(:cell :)

alternative

en:

(:cell :) alternative

Ligne 109 modifiée:

(:cell :)

opposition

en:

(:cell :) opposition

Ligne 114 modifiée:

(:cell :)

approximation

en:

(:cell :) approximation

Ligne 119 modifiée:

(:cell :)

conséquence

en:

(:cell :) conséquence

Ligne 124 modifiée:

(:cell :)

conclusion

en:

(:cell :) conclusion

Ligne 129 modifiée:

(:cell :)

restriction

en:

(:cell :) restriction

Lignes 151-155 supprimées:
Document proposé par Stéphane Fontaine © mars 2000
et diffusé par le site [lettres.net] - http://www.lettres.net/
06/06/2009 à 15:50 par Stéphane -
Lignes 1-158 ajoutées:

Les relations logiques

Ce sont les liens qu'entretiennent les idées entre-elles dans un texte argumentatif ; ils peuvent être explicites ou implicites. Ces relations (liens) logiques peuvent être de nature différente afin d'exprimer les nuances de la pensée.

1. Les relations exprimées explicitement

Le raisonnement consiste en une suite de propositions déduites les unes des autres dans le but de faire adhérer quelqu'un à son opinion. Quelle que soit la nature de l'argumentation, il s'appuie sur une démarche logique et explicite.

Il peut , alors, soit suivre une progression, soit marquer des ruptures, faisant preuve ainsi soit de fluidité et de cohérence, soit de heurts et d'irrégularité.1

(:table class="prettytable":)
(:cell colspan="3" :)

Le raisonnement suit une progression

(:cellnr :)

Connecteurs

logiques

(:cell :)
Relation

lo­gique

(:cell :)
Fonction

(:cellnr :) et, de plus, d'ailleurs, d'autre part, en outre, puis, de surcroît, voire, en fait, tout au moins / tout au plus, plus exactement, à vrai dire, encore, non seu­lement… mais encore…
(:cell :)

addition, gradation

(:cell :) permet d'ajouter un argument ou un exemple nouveau aux précédents

(:cellnr :) ainsi, c'est ainsi que, comme, c'est le cas de, par exemple, d'ailleurs, en particulier, notamment, à ce propos…
(:cell :)

illustration

(:cell :) permet d'éclairer son ou ses arguments par des cas concrets

(:cellnr :) en réalité, c'est-à-dire, en fait, plutôt, ou, ou bien, plus exactement, à vrai dire…
(:cell :)

correction

(:cell :) permet de préciser les idées présentées

(:cellnr :) aussi… que, si… que, comme, autant que, autant, de même que, de la même façon, parallèlement, pareillement, semblablement, par analogie, selon, plus que / moins que…
(:cell :)

comparaison

(:cell :) permet d'établir un rapprochement entre 2 faits

(:cellnr :) si, à supposer que, en admettant que, probablement, sans doute, apparemment, au cas où, à la condition que, dans l'hypothèse où, pourvu que…
(:cell :)

condition

(:cell :) permet d'émettre des hypothèses en faveur ou non d'une idée

(:cellnr :) car, c'est-à-dire, en effet, en d'autres termes, parce que, puisque, de telle façon que, en sorte que, ainsi, c'est ainsi que, non seulement… mais encore, du fait de…
(:cell :)

justification

(:cell :) permet d'apporter des informations pour expliciter et préciser ses arguments

(:cellnr :) car, parce que, puisque, par, grâce à, en effet, en raison de, du fait que, dans la mesure où, sous prétexte que, en raison de…
(:cell :)

cause

(:cell :) permet d'exposer l'origine, la raison, d'un fait

(:cellnr :) premièrement… deuxièmement, puis, ensuite, d'une part… d'autre part, non seulement… mais encore, avant tout, d'abord, en premier lieu…
(:cell :)

classification

(:cell :) permet de hiérarchiser les éléments présentés dans l'argumentation

(:cellnr :) afin que, en vue de, de peur que, pour, pour que…
(:cell :)

finalité

(:cell :) permet de présenter le but de son argument

(:cellnr :) après avoir souligné… passons maintenant à…
(:cell :)

transition

(:cell :) permet de passer d'une idée à une autre

(:tableend:)

(:table class="prettytable":)
(:cell colspan="3" :)

Le raisonnement marque une rupture

(:cellnr :)

Connecteurs

logiques

(:cell :)
Relation

lo­gique

(:cell :)
Fonction

(:cellnr :) malgré, en dépit de, quoique, bien que, quelque soit, même si, ce n'est pas que, certes, bien sûr, il est vrai que, toutefois…
(:cell :)

concession

(:cell :) permet de constater des faits opposés à sa thèse en maintenant son opinion

(:cellnr :) soit… soit, ou… ou, non tant… que, non seule­ment… mais encore, l'un… l'autre, d'un côté… de l'autre…
(:cell :)

alternative

(:cell :) permet de proposer les différents choix dans une argumen-tation

(:cellnr :) mais, cependant, en revanche, alors que, pourtant, tandis que, néanmoins, au contraire, pour sa part, d'un autre côté, or, en dépit de, au lieu de, loin de…
(:cell :)

opposition

(:cell :) permet d'opposer 2 faits ou 2 arguments, souvent pour mettre l'un des 2 en valeur

(:cellnr :) autant dire que, presque, si l'on peut dire, d'une certaine manière, sans doute, probablement, appa­remment, vraisemblablement…
(:cell :)

approximation

(:cell :) permet d'apporter dif­férentes nuances d'une même idée

(:cellnr :) ainsi, c'est pourquoi, en conséquence, si bien que, de sorte que, donc, en effet, tant et si bien que, tel que au point que, alors, par conséquent, d'où, de manière que, de sorte que…
(:cell :)

conséquence

(:cell :) permet d'énoncer le résultat, l'aboutisse­ment d'un fait ou d'une idée

(:cellnr :) bref, ainsi, en somme, donc, par conséquent, en guise de conclusion, pour conclure, en conclusion, en définitive, enfin, finalement…
(:cell :)

conclusion

(:cell :) permet d'achever son argumentation, sa démonstration

(:cellnr :) mis à part, ne… que, en dehors de, hormis, à défaut de, excepté, uniquement, simplement, sinon, du moins, tout au moins, en fait, sous prétexte que…
(:cell :)

restriction

(:cell :) permet de limiter la portée des propos ou des arguments avancés

(:tableend:)
2. Les relations exprimées implicitement

Dans ce cas, il n'y a pas de connecteur logique, il faut déduire la relation logique à l'aide du contexte en regardant de près :

• la ponctuation

La virgule ajoute une idée à une autre ou donne un détail supplémentaire, le point-virgule sépare 2 idées en gardant une suite logique entre-elles, les parenthèses ou les deux points peuvent introduire un exemple, une cause ou une conséquence, le point d'interrogation introduit une explication…

• la disposition du texte

Elle peut révéler, à l'aide des paragraphes par exemple, la manière dont le locuteur envisage son ar­gumentation. Les paragraphes forment toujours des unités de sens autour d'une idée, d'un thème précis : denses, longs et peu nombreux, ils exposent une pensée structurée et ramassée, nombreux et de courte longueur, ils marquent le caractère décousu de la pen­sée, etc…

• le système d'énonciation

Il s'agit de prendre en compte les pronoms, les temps verbaux, les termes apprécia­tif/dépréciatifs qui peuvent souligner une relation logique sous-entendue.

Document proposé par Stéphane Fontaine © mars 2000
et diffusé par le site [lettres.net] - http://www.lettres.net/

D'autres actions ou possibilités :

Imprimer la page - Créer le fichier PDF - Consulter les statistiques - Dernières modifications du site
Consulter la page - Editer cette page - Parcourir l'historique - Joindre un fichier - Se connecter/Déconnecter -

Stéphane FONTAINE - -