L'écriture personnelle (20 points et 1h30)

(↓)

Note

Titre : Document à télécharger

d'après http://lettres-histoire.info/lhg/francais/bts/Fr_BTS_ecriture_perso.pdf

1.  Questionner le sujet : rechercher des idées (environ 30 min)

Cette étape, bien qu’indispensable à la bonne réalisation de l’écriture personnelle, est en général quelque peu bâclée. C’est un tort considérable, car de la qualité de cette recherche viendra pour partie la qualité du travail.
Le processus est relativement simple, et surtout il ne comporte pas de réelles difficultés, si ce n’est de consacrer un peu de temps à la réflexion en vous questionnant.

QQQOCCP : Permet accumulation d'exemples plus que d'idées. Convient pour tous les sujets (y compris dans la vie quotidienne) que ce soit l'analyse d'une image, d'une publicité ou d'un document écrit.
Il suffit de se poser les 7 questions et débroussailler le terrain à partir des mots-clés du sujet (on peut procéder en étoile avec mots-clés au centre). Ensuite, il faut construire la réflexion (2ème étape), en illustrant ses propos par des exemples qui peuvent être puiser dans le réel (actualité, médias, histoire, linguistique…) et dans la fiction (littérature, cinéma, théâtre…)

Q : qui (renvoie aux personnes)
Q : quoi (renvoie aux choses aux définitions)
Q : quand (renvoie à la notion de durée, de chronologie)
O : où (renvoie aux lieux, au cadre)
C : combien (renvoie aux quantités et aux questions pécuniaires)
C : comment (renvoie aux méthodes, à la manière aux moyens, aux outils)
P : pourquoi (renvoie aux causes (parce que…) et au but (pour))

CETOCSIC : Permet d'envisager 8 différents aspects d'un même problème, à utiliser pour des sujets qui mobilisent des connaissances de plusieurs disciplines, en s'assurant qu'aucun aspect essentiel n'a été oublié.

C : contextuels (environnement physique et humain des activités…)
E : économiques (finances, placements, circulation argents, investissements…)
T : techniques (procédés, moyens, méthodes, machines, outils…)
O : organisationnels (structure, répartition des tâches, autorité…)
C : commerciaux (clients, marketing, produits, quantité, qualité…)
S : sociaux (individus, groupes, institutions…)
I : individuels (psychologie, connaissances, aptitudes, motivations…)
C : communicationnels (circulation de l'information, relations…)

PEPER : Convient aux sujets qui invitent à donner son opinion, à prendre un parti ou, inversement, à exprimer et discerner les valeurs sous-jacentes et les présupposés idéologiques d'un texte.

P : politique - idéologique
E : esthétique - sensibilité
P : philosophique - métaphysique
E : éthique - moral
R : religion

2.  Etablir un plan (environ 15 min)


Le sujet demande de se déterminer par rapport à une thèse ou à une question de réflexion. 3 possibilités s'offrent à vous :

  1. on est d'accord avec le point de vue : il s'agit alors de la justifier
  2. on est en désaccord avec le point de vue : il s'agit alors de réfuter
  3. on est partiellement en accord avec le point de vue : il s'agit alors de nuancer

Plusieurs types de plan sont à prendre en considération :

  • Plan inventaire ou par catégories consiste à classer les arguments par ordre d’importance et regrouper par thème du plus important au moins important.
  • Le plan : problème - causes - solutions procède en 3 temps :
• énoncer le problème : faits précis, chiffres, arguments significatifs, des éléments objectifs énoncés dans le sujet.
• avancer les causes : explications ou hypothèses d’explications
• proposer des solutions : remèdes, propositions d’action

3.  Rédiger le développement en suivant le plan proposé (environ 45 min)

Un développement de 1 page et demi est suffisant pour répondre aux attentes de l'épreuve et du correcteur.

Votre travail ne sera pas noté en fonction de sa longueur, mais bien en fonction de la pertinence et de la richesse de votre réflexion.

3.1  Rédiger

Comment rédiger avec soin ?

Mettre en valeur son opinion :

  • traduire le doute : peut-être, probablement, sans doute, sembler, paraître, se demander si, se garder de, etc.
  • nuancer : en un sens, d'une certaine façon, dans une certaine mesure, admettre, être prudent/nuancé, etc.
  • traduire la certitude : certainement, sûrement, évidemment, vraiment, démontrer, prouver, affirmer, certain / sûr, évident, etc.
  • réfuter : nullement, certainement pas, contester, critiquer, réfuter, contestable, s'opposer prétendre, etc.

S'impliquer dans son texte

  • Bien que cela ne soit plus une obligation, il est toujours intéressant et judicieux de privilégier les verbes à la troisième personne : cela permet de tenir un propos plus général et plus abstrait. Il est plus facile d’argumenter si le propos concerne des catégories plus larges ; le public, les lecteurs, on, l’homme, Le “nous” et le “on” peuvent être employés.
  • L’emploi du “Je” (la première personne du singulier) n’est plus sanctionné et est même permis.
  • Les verbes expressifs qui introduisent une opinion (admettre, remarquer, démontrer, constater, observer,) sont plus valorisants que les classiques «dire, penser, croire».
  • Le conditionnel, qui marque toujours la prudence et le scepticisme, est à privilégier.

Etre clair et efficace

  • Il vaut mieux 2 phrases courtes qu’une seule longue.
  • Utilisez un lexique soutenu et varié. éliminez tous les mots passe-partout (dire, faire, être, avoir, chose, personne).

3.2  Argumenter


Chaque paragraphe comprend une idée clé, un ou plusieurs arguments illustrés d’exemples.

  • L’idée clé : c’est l’expression claire et précise de la thèse, de l’opinion que l’on veut faire adopter par le lecteur.
  • Les arguments : pris dans un sens très large, le thème désigne aussi bien ce qui explique l’idée clé que ce qui la prouve ou la justifie. Les arguments sont le fruit de votre réflexion vis à vis de la problématique définie suite à l’analyse du sujet. Ils demandent de comprendre les raisons et l’intérêt du choix des exemples pour répondre au sujet.
  • Les exemples : grâce à eux, le lecteur comprend mieux la portée des arguments qu’ils illustrent. Ils permettent de rendre concret ce que les arguments exposent parfois de façon abstraite. Ceux-ci ne sont là que pour illustrer les arguments.

3.3  Citer

4.  La grille d'évaluation

Fiche d'évaluation de l'écriture personnelle en BTS







NOM :



Classe :
Prénom :



Date :






Note : / 20 points
Pour vous évaluer, j'utiliserai une de ces quatre valeurs (++;+;-;--) afin d'évaluer chacun des critères définis. ++ : pour un critère largement respecté + : pour un critère respecté -- : pour un critère largement non-respecté - : pour un critère non-respecté.







Critères d'évaluation
Appréciation Remarques
Introduction / 3 points + + + - - -
elle présente les thèmes, les notions, les enjeux et peut annoncer le plan





elle définit la problématique à traiter et expose une position personnelle





Développement / 12 points + + + - - -
le choix des arguments est pertinent par rapport à la thèse adoptée





Les arguments sont précis et développent une pensée construite et authentique





les exemples et références sont explicités et révèlent une culture précise





le plan de réponse organise un positionnement personnel pertinent





Conclusion / 1 point + + + - - -
elle fait le bilan des idées avancées et met un terme aux propos développés





Expression / 4 points + + + - - -
les phrases sont construites avec clarté et utilisent une syntaxe correcte





l'orthographe est appliquée et les accords maîtrisés





le lexique est nuancé et permet l'expression des idées





le vocabulaire abstrait est utilisé pour développer une pensée réfléchie






D'autres actions ou possibilités :

Imprimer la page - Créer le fichier PDF - Consulter les statistiques - Dernières modifications du site
Consulter la page - Editer cette page - Parcourir l'historique - Joindre un fichier - Se connecter/Déconnecter -


Stéphane FONTAINE - -