Construire une critique d'oeuvre d'art



Définition

Le terme « critique », dans le sens signifie : Jugement portant sur une œuvre d’art (par exemple, un roman ) ou auteur de ce jugement. Une critique est donc un texte court (il excède rarement une demi page) qui présente une opinion sur une œuvre d’art.


Ce texte comporte en général trois parties : narrative, informative et argumentative dans des proportions variables, en fonction du journal, de son intention et du public ciblé.

  • La partie narrative, quand l'objet de la critique est un récit, présente l'histoire de façon accrocheuse (résumé de l’histoire). Cela aide le destinataire à se faire une première idée de l'œuvre. La fin n'est donc pas souvent divulguée.


  • La partie informative ajoute des informations sur l'œuvre et permet au destinataire de se représenter plus complètement l' « objet » de la critique. C'est cette partie qui fournit au destinataire les références complètes de l'œuvre (on évoque des éléments concrets du succès et/ou des précédents romans ).


  • La partie argumentative est l'élément essentiel, celui qui justifie le nom de ce genre de texte. Dans certains textes très courts, très simples, l'opinion présentée peut prendre la forme d'un jugement limité à quelques adjectifs, sans nuance.
    Dans tous les cas, une série de termes évaluatifs, appréciatifs ou dépréciatifs, exprime le point de vue de l’auteur. La thèse est explicite ou implicite (quand l'auteur laisse au destinataire le soin de conclure).


    • le vocabulaire affectif : ensemble des mots impliquant une réaction émotionnelle ou un engagement affectif de l'auteur d'un énoncé (pitié, sympathie, colère, indignation...). Par l'emploi de ce vocabulaire, l'énonciateur cherche à susciter les mêmes émotions ou sentiments chez celui qui lit ou l'écoute.
    • le vocabulaire évaluatif : ensemble des mots impliquant un jugement de valeur de celui qui s'exprime. Ces mots sont valorisants ou dévalorisants, et révèlent ce que l'auteur de l'énoncé trouve beau, bon, ou l'inverse. Par l'emploi de ce vocabulaire, il cherche à faire partager ses valeurs par son interlocuteur, à lui faire admettre son point de vue.

      •  Le vocabulaire mélioratif /appréciatif exprime le jugement favorable du locuteur ; le lexique est alors élogieux, valorisant, mélioratif.

      • La vocabulaire dépréciatif déconsidère ce qu'il désigne, le discrète. L'argumentateur peut aussi avoir recours à des mots appartenant au niveau de langue familier ou argotique afin de dévaloriser ce dont il parle, de montrer son mépris ou le peu de considération qu'il lui accorde.

        Exemples :  - des mots de sens positif (lumineux) ou négatif (taciturne) - des mots empruntés à un niveau de langage soutenu ou familier (une bâtisse/une bicoque) - des mots construits à l’aide d’un suffixe mélioratif (un biquet) ou péjoratif (un richard) - des mots qui s’accompagnent d’une connotation positive ou négative (potelé/bouffi) - des mots qui contiennent une idée d’abondance (patrimoine) ou de restriction (dépeuplé) - des figures de style (métaphore et comparaison positives ou négatives : méchant comme une teigne).


    • les modalisateurs : mots ou expressions des mots et des procédés grammaticaux par lesquels le locuteur, dans le cadre d’une argumentation implicite, exprime indirectement la certitude ou le doute, l’approbation ou le désaccord, l’enthousiasme ou le rejet.

      Exemples :  - certains verbes : pouvoir, devoir, sembler, paraître, prétendre … « Il devrait arriver dans les premiers ». - certains modes : le conditionnel, le subjonctif, l’impératif « Il aurait quitté la France ». - certains adverbes ou conjonctions : déjà, enfin, trop, même, bien sûr, au moins, d’après, aussi, assez, vraiment, peut-être, sans doute, certainement, apparemment. .. « Bien entendu, il nie sa participation aux débordements ». - certains adjectifs qualificatifs : pauvre, malheureux, sublime … « Le pauvre Alain s’en est tiré par des excuses ». - certains signes de ponctuation : deux points, points d’exclamation, d’interrogation, de sus­pension, guillemets … « Sa « faute» a été discutée en conseil de discipline ».



Lire les règles à prendre en compte pour l'écriture de votre critique



    1. Jamais de critique énonçant directement l'opinion "c'est bien- ce n'est pas bien" de façon explicite : l'opinion doit être devinée.

    2. Une critique doit être militante : elle doit avoir pour finalité et sans que cela soit dit directement, dire "allez-y ou n'y allez pas".

    3. Une critique doit avoir un registre et utiliser des procédés de style (sous-entendu, jeu de mots, trait ironique, synonyme mélioratif, péjoratif...).

    4. Une critique s'adresse à un destinataire universel qui ne connaît pas l'œuvre, mais qui n'est pas inculte (donc inutile de s'étendre sur des précisions (par exemple, il sait qui est Molière), et inutile d'expliciter les termes techniques (la voix off, la cour, bande son).

    5. Avoir un point de vue subjectif , c'est-à-dire un parti pris pour ou contre, le plus net possible mais ne jamais le ramener à soi donc ne pas dire : "moi, ça m'a pas plu", autrement dit : parler de l'œuvre, non de soi. (Eviter "je").

    6. Etre subjectif mais avoir des arguments objectifs (qui s'appuient sur des éléments, des passages que l'on peut vérifier).

    7. Avoir des éléments comparatifs avec d'autres œuvres pour illustrer les affirmations (arguments de référence) et montrer ses compétences culturelles.

    8. Ne pas refaire l'œuvre en disant ce qui aurait dû être fait ; au contraire évoquer ce qui a été fait en évaluant son efficacité. Repérer les éléments gratuits qui ne servent à rien mais repérer aussi tout élément significatif et faire comprendre que c'est une réussite ou pas.

    9. Mettre un titre qui soit un trait d'esprit ou un jeu de mots et qui déjà si possible contienne le parti pris positif ou négatif. Si le titre est très hermétique on peut le faire suivre d'un chapeau.

    10. La critique contiendra le titre de l'œuvre, le nom de l'auteur (scénariste, chorégraphe, metteur en scène, compositeur...). Pour le théâtre et le cinéma, appeler les personnages par leur nom dans l'œuvre. Si le personnage est joué par un comédien très connu cela peut être signalé.



Evaluation de la critique


Critères

Indicateurs

Note

Qualité de la partie informative


- le lecteur dispose-t-il d’informations sur le roman, voire sur la vie de l’auteur, son œuvre (ou encore le contexte historique…) ?

- Les informations données sont-elles justes ?

- Les informations données sont-elles pertinentes ?




/3 points

Qualité de la partie narrative


- Le lecteur peut-il se faire une idée de l’histoire sans l’avoir lue ?

- Le lecteur dispose-t-il d’informations relatives au cadre spatiotemporel, aux personnages principaux et à l’intrigue ?

- Le suspense est-il maintenu ou la fin de l’histoire nous est-elle révélée ?





/3 points

Qualité de la partie argumentative

- L’avis de l’auteur est-il identifiable ?

- Les arguments, qu’ils soient positifs ou négatifs, sont-ils développés, fondés et illustrés ?



/3 points

Originalité du titre

- le titre est-il bien choisi et fait-il allusion à la thèse ?

/1 point

Originalité de l’accroche et de la chute

    - L’accroche donne-t-elle envie de poursuivre la lecture ?

    - La chute clôture-t-elle bien le texte ?

/1 point

L’énonciation

- L’énonciation est-elle adaptée au genre de la critique ?


/1 point

Les paragraphes

- Le texte est-il divisé en paragraphes ?

- Ces paragraphes sont-ils correctement délimités ?

- La transition entre les différents paragraphes est-elle fluide ? (cohérence textuelle)




/2 points

Orthographe


- Le texte est-il correctement orthographiée ? (-0,5 points par faute, ne pas pénaliser deux fois la même faute).


/1 point

Vocabulaire

- Le registre de langue est-il adapté ? ( /2)

- Le vocabulaire est-il riche, nuancé et utilisé à bon escient ? ( /3)

- Y a-t-il des termes appréciatifs et dépréciatifs qui soutiennent la thèse de l’auteur ? ( /5)




/3 points

Syntaxe

-Le texte est-il bien écrit (concordance des temps, formules et figures de style qui lui donnent un niveau soutenu, formulation correcte, phrases grammaticales)



/2 points









D'autres actions ou possibilités :

Imprimer la page - Créer le fichier PDF - Consulter les statistiques - Dernières modifications du site
Consulter la page - Editer cette page - Parcourir l'historique - Joindre un fichier - Se connecter/Déconnecter -


Stéphane FONTAINE - -